Quittant l'Abbaye Notre Dame des Neiges par La Bastide Puylaurent, Robert Louis Stevenson passe la nuit à l'auberge de Chasseradès avant de rejoindre le Chassezac et la montagne du Goulet par le Chemin Stevenson.

De Chasseradès au Bleymard en Lozère avec Stevenson

De Chasseradès au Bleymard en Lozère avec Stevenson

"De là, une colline franchie, notre route nous fit traverser un plateau dénudé jusqu'au moment d'atteindre Chasseradès, au soleil couchant.

De Chasseradès au Bleymard en Lozère avec StevensonLa compagnie réunie, ce soir-là, dans la cuisine de l'auberge se composait de tous les ouvriers employés aux études topographiques pour l'une des voies ferrées projetées. Ils étaient intelligents et de conversation agréable et nous décidâmes de l'avenir de la France au- dessus d'un vin chaud jusqu'à ce que l'heure tardive marquée par l'horloge nous chassa coucher. Il y avait quatre lits dans la petite chambre à l'étage et nous étions six à y dormir. Mais j'eus un lit pour moi seul et je persuadai mes compagnons de laisser la fenêtre ouverte.

Hé, bourgeois, il est cinq heures ! Tel fut le cri qui m'éveilla au matin (samedi 28 septembre). La chambre était remplie d'une buée transparente qui me laissa obscurément entrevoir les trois autres lits et les cinq bonnets de nuit différents sur les oreillers. Mais par-delà la fenêtre l'aurore empourprait d'une large bande rouge le sommet des montagnes et le jour allait inonder le plateau. L'heure était suggestive et il y avait là promesse de temps calme qui fut parfaitement tenue.

De Chasseradès au Bleymard en Lozère avec StevensonJ'étais bientôt en chemin avec Modestine. La route continua pendant un moment sur le plateau et descendit ensuite à travers un village abrupt dans la vallée du Chassezac. Son cours glissait parmi de verdoyantes prairies, dérobé au monde par ses berges escarpées. Le genêt était en fleur et, de çà de là, un hameau envoyait au ciel sa fumée. A la fin, la sente traversa le Chassezac sur un pont et abandonnant ce ravin profond se dirigea vers la crête du Goulet. Elle s'ouvrait passage à travers Lestampe (L'Estampe aujourd'hui) par des plateaux, des bois de hêtres et de bouleaux et, à chaque détour, me découvrait des spectacles d'un nouvel agrément. Même dans le ravin de Chassezac, mon oreille avait été frappée par un bruit semblable à celui d'un gros bourdon sonnant à la distance de plusieurs milles, mais à mesure que je continuai de monter et de me rapprocher, il paraissait changer de ton. Je constatai enfin qu'il était provoqué par un berger qui menait paître son troupeau au son d'une trompe.

L'étroite rue de Lestampes, d'un bout à l'autre, débordait de moutons - des moutons noirs et blancs, bêlant avec ensemble comme chantent les oiseaux au printemps, et chacun s'accompagnant de la clochette pastorale suspendue à son cou. Cela faisait un impressionnant concert tout à l'aigu.

Un peu plus haut, je passai près de deux hommes perchés dans un arbre, armés d'une serpe à émonder. L'un d'eux fredonnait une chanson de bourrée. Un peu plus loin encore et tandis que je pénétrais déjà sous les bouleaux, le chant des coqs me parvint joyeusement et, en même temps, se prolongea la voix d'une flûte qui modulait un air discret et plaintif dans l'un des villages des hauteurs. Je me représentai un maître d'école rustique, aux joues de pomme d'api, grisonnant, qui jouait du chalumeau dans son bout de jardin au soleil du clair automne. Ces diverses musiques d'un charme singulier m'emplissaient le coeur d'une expectative insolite.

Il me semblait qu'une fois franchi le contrefort que j'escaladais, j'allais descendre dans le paradis terrestre. Et je ne fus point déçu, puisque j'étais désormais entraîné à la pluie, à l'ouragan, à la désolation de l'endroit. Ici s'achevait la première partie de mon voyage. Et c'était comme une harmonieuse introduction à l'autre et bien plus belle encore.

Il y a des degrés dans la chance comme dans les pénalités, outre la peine capitale. Et les esprits bénéfiques m'entraînèrent alors dans une aventure que je relate au bénéfice des futurs conducteurs de bourricots. La route faisait de si amples zigzags au flanc de la montagne que j'empruntai un raccourci tracé à la carte et à la boussole et m'engageai à travers des bois rabougris, afin de rattraper le chemin un peu plus haut.

Ce fut l'occasion d'un sérieux conflit avec Modestine. Elle ne voulait rien savoir de mon raccourci. Elle se retourna vis-à-vis de moi, marcha à reculons, rua, et, elle que je m'imaginai muette, se mit à braire très fort d'une voix enrouée, comme un coq annonçant la naissance de l'aurore.

Je piquai de l'aiguillon d'une main, et, de l'autre, tant la montée était roide, il me fallait maintenir le bât. Une demi-douzaine de fois ma bête fut à deux doigts de me dégringoler sur la tête; une demi-douzaine de fois, par pure faiblesse d'âme, je fus sur le point d'abandonner mon dessein et de reconduire Modestine au bas de la pente afin de suivre la route.Mais j'envisageai la chose comme une gageure et m'obstinai malgré tout.

Je fus surpris, alors que j'atteignais de nouveau la chaussée, par la sensation de gouttes de pluie qui tombaient sur mes mains et, à plusieurs reprises, je levai des yeux étonnés vers le ciel sans nuages. C'était simplement la sueur qui me coulait du front.

Au sommet du Goulet il n'y avait plus de route tracée - uniquement des bornes dressées de place en place, afin de guider les bouviers. Le sol moussu était, sous le pied, élastique et odorant. Je n'avais pour m'accompagner que quelques alouettes et je ne rencontrai qu'un chariot à boeufs entre Lestampe et Bleymard.

Devant moi s'ouvrit une vallée peu profonde et, à l'arrière, la chaîne des monts de la Lozère, partiellement boisés, aux flancs assez accidentés dans l'ensemble toutefois d'une configuration sèche et triste. A peine apparence de culture. Pourtant, aux environs de Bleymard, la grand-route de Villefort à Mende traversait une série de prairies plantées de peupliers élancés et de partout toutes sonores des clochettes des ouailles et dès troupeaux." Voyage avec un âne dans les Cévennes. Commander le livre

L'Etoile Chambres et tables d'hôtes à La Bastide Puylaurent entre Lozère, Ardèche et Cévennes

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier, L'Etoile Maison d'hôtes se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR7, GR70 Chemin Stevenson, GR72, GR700 Voie Régordane (St Gilles), Cévenol, GR470 Sentier des Gorges de l'Allier, Montagne Ardéchoise, Margeride, Gévaudan et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.